Jonas Mekas (1922-2019)

Publié le par lefilmdujour

Grand prêtre du cinéma d’avant-garde américain qui a popularisé le journal filmé, le réalisateur Jonas Mekas est décédé le 23 janvier 2019 à l’âge de 96 ans.

Né en Lituanie, interné dans des camps de travail en Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale, Jonas Mekas émigre aux Etats-Unis en 1949. En 1954, il crée avec son frère Adolfas Mekas le magazine de cinéma Film Culture qui s’intéresse particulièrement aux films d’avant-garde puis devient critique pour le Village Voice et participe, au début des années 1960, à la création de la Film-Makers’ Cooperative et de la Film-Makers’ Cinematheque qui deviendra finalement l’Anthology Film Archives, fonds chargé de la préservation, de l’étude et de la projection de films et vidéos issus du cinéma indépendant, underground et d’avant-garde. 

Jonas  Mekas réalise lui-même des films tels que La Taule (a.k.a. The Brig) (1964) qui narre une journée éprouvante dans une prison pour marines.  Durant cette période, son œuvre la plus marquante est Walden (1969), journal filmé en six bobines d’environ trois heures, tourné entre 1964 et 1968, dans lequel il met en relief des personnalités importants de la scène new-yorkaise des années 1960. Selon le Ciné-club de Caen, « la volonté de Mekas de réaliser et de montrer ce qui sera connu comme un "journal filmé" et sa décision de faire, tout seul, un film encore plus long qu'un long métrage sont un défi non seulement aux codes d'Hollywood mais aussi aux traditions corporatistes du cinéma, aussi bien américain qu'européen. Walden est dédié à Lumière à l'innocence d'une première fois face au monde avec le cinématographe ». 

Suivront, dans une sorte de prolongation, Réminiscences d’un voyage en Lituanie (1972) (où il documente un retour dans son pays natal en 1971 et qui est classé par la Library of Congress parmi les 100 films les plus importants de l’histoire), puis Lost, Lost, Lost (1976).

Jonas Mekas a inspiré de grands noms comme Andy Warhol (avec lequel il a collaboré sur un film de huit heures, Empire, 1964, plan fixe de l’Empire State Building tourné le 25 juin 1964 depuis le 44e étage de l’immeuble Time Life), Lou Reed, Salvador Dali, John Lennon, Yoko Ono et bien d'autres. 

Finalement Jonas Mekas aura réalisé plus de 70 films, essentiellement sous forme de documentaires, « avec le désir de capter des moments de vie, souvent passés au filtre d'un montage radical, saccadé, avec des effets et de la superposition » (Paris-Match).

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article