Pierre Rissient (1936-2018)

Publié le par lefilmdujour

Parfait connaisseur du cinéma américain, défenseur des réalisateurs et scénaristes blacklistés aux Etats-Unis dans les années 1950 comme Joseph Losey, Jules Dassin ou Dalton Trumbo, découvreur de talents du cinéma asiatique (les Taïwanais Hou Hsiao-Hsien et Edward Yang, l’Iranien Abbas Kiarostami, le Philippin Lino Brocka, le Sri-Lankais Lester James Peries, les Coréens Im Kwon-Taek et Lee Chang-Dong), le réalisateur et producteur Pierre Rissient est décédé le 6 mai 2018 à l’âge de 81 ans.

Assistant réalisateur de Jean-Luc Godard sur A bout de souffle (1959) et de Michel Deville sur A cause, à cause d’une femme (1962), Pierre Rissent avait été malheureux sur son premier long métrage, Alibis / One Night Stand (1977), coproduction franco-hongkongaise quasi pas distribuée. Son deuxième film, Cinq et la peau (1981), avec Féodor Atkine et Eiko Matsuda, l’actrice de L’Empire des sens (Oshima, 1976), s’attache à un écrivain, Ivan, qui s’est fixé à Manille. Film à la première personne, sans dialogue, avec un commentaire en voix off, Cinq et la peau (qui renvoie aux cinq sens et se veut un hymne à la sensualité, est fait de ses réactions, impulsions et réflexes, autant que de sa mémoire, de ses pensées, de ses rêves, de son imagination.  L'oeuvre ressort dans une version restaurée le 30 mai prochain.

Attaché de presse avec Bertrand Tavernier, Pierre Rissient avait été durant plus d'une quarantaine d'années conseiller artistique du festival de Cannes.   

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article