Patricia Morison (1915-2018)

Publié le par lefilmdujour

L’actrice et chanteuse Patricia Morison, qui connut de gros succès à Broadway dans les productions originales des comédies musicales Kiss Me Kate et Le Roi et moi, est décédée le 20 mai 2018 à l’âge de 103 ans.  Elle s’était produite aussi sur grand écran tout au long des années 1940.

Patricia Morison, qui avait débuté dès le début des années 1930 sur scène, apparaît pour la première fois au cinéma dans le film policier Le parfum de la dame traquée (1938) de Louis King, adapté d’un cas réel exposé par un certain J. Edgar Hoover dans l’un de ses ouvrages ! Elle donne ensuite la réplique à Ray Milland dans La Femme indomptable (Archaimbaud,  1939), joue dans les westerns Le Mystère de Santa Marta (Wood, 1940), Rosita (Leeds, 1940) et Contrebande au Texas (Selander, 1940), enchaîne des films plutôt de seconde catégorie pour les studios Paramount.

Alan Curtis et Patricia Morison dans Hitler's Madman

Après un détour en Europe en 1942 pour divertir les troupes alliées avec d’autres comédiens, Patricia Morison, déçue par les rôles qu’on lui confie, décide de prendre son indépendance. Dans des seconds rôles, elle accède alors aux films de prestige à l’instar du Chant de Bernadette (1943) de Henry King où elle incarne l’impératrice Eugénie, Bernadette Soubirous étant jouée par Jennifer Jones qui décroche l’Oscar de la meilleure actrice à cette occasion. Cette même année 1943, elle tourne pour Douglas Sirk (Hitler’s Madman, avec John Carradine en Heydrich), apparaît dans Nid d’espions de Richard Wallace aux côtés de Maureen O’Hara et John Garfield et donne la réplique à Lon Chaney Jr. dans le film fantastique Le Docteur de la mort de Reginald Le Borg.

Patricia Morison en impératrice Eugénie dans Le Chant de Bernadette 

On la verra encore dans des « véhicules » pour le couple Tracy-Hepburn (Sans amour, Bucquet, 1944), pour Deanna Durbin (Deanna mène l’enquête, David, 1945), pour Johnny Weissmuller (Tarzan et la chasseresse, Neumann, 1946), pour Basil Rathbone en Sherlock Holmes (La clef, Neill, 1946) ou pour le duo formé par Myrna Loy et William Powell (Meurtre en musique, Buzzell, 1947).

Après Sofia, ville de corruption (Reinhardt, 1948), Patricia Morison retourne sur les scènes  de Broadway avec le succès que l’on sait (elle jouera le rôle principal de Kiss Me Kate de Cole Porter plus de 1 000 fois à New York et plus de 400 fois à Londres). Elle désertera le grand écran où on ne la verra plus que deux fois, d’abord en George Sand dans Le bal des adieux (Vidor & Cukor, 1960) face à Dirk Bogarde en Franz Liszt, puis dans The Long Day Closes (1991) du réalisateur britannique Terence Davies.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article