L’œil de Crazy Bug : Carbone

Publié le par lefilmdujour

Un film d’Olivier Marchal (2016), sorti en salles le 1er novembre 2017

Olivier Marchal est aujourd’hui l’un des très rares réalisateurs français à tourner encore pour le grand écran des polars pur jus sans atermoiements sociétaux, affèteries pseudo-branchées ou mises en abyme contextuelles. C’est souvent à prendre au premier degré, comme on accueillait les polars des années 1970 avec Bébel et/ou Delon. 

Avec Carbone, Olivier Marchal revient, en l’adaptant quelque peu, sur l’escroquerie à la taxe au carbone qui a permis en 2008 et 2009 à des fines mouches d’amasser une fortune extravagante en quelques mois. Petit problème, la plupart était de gros flambeurs et l’afflux d’argent leur a monté à la tête (alcool, drogue, filles…) et, gros problème, ils se sont acoquinés avec le crime organisé et le sang a coulé.

Le film suit la trajectoire du « cerveau » de la bande, incarné par un Benoît Magimel fatigué, alourdi, mais investi comme jamais, rapidement dépassé par les événements et happé à son corps défendant dans un maelström de trahisons, de coups bas, de destructions physiques et morales. Emmené par une mise en scène efficace et sans temps mort, le spectateur n’a pas besoin de réfléchir et n’a qu’à se laisser emporter dans cette marche au tombeau du « héros » (plutôt un antihéros ici). 

Un thriller noir de chez noir qui ne sort pas des sentiers balisés mais qui est une réussite dans son genre et dans lequel on aura le plaisir de retrouver la chanteuse (et actrice) Dani, toujours très rare au cinéma, un Michaël Youn sobre et juste et un Depardieu égal à lui-même. Le personnage de Laura Smet est quant à lui un peu sacrifié (pour ne pas dire scarifié…) et relève de l’anecdotique.

Crazy Bug

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article