Federico Luppi (1936-2017)

Publié le par lefilmdujour

L’acteur d’origine argentine naturalisé espagnol Federico Luppi, qui collabora plusieurs fois avec les réalisateurs Hector Olivera, Adolfo Aristarain et Guillermo del Toro, est décédé le 20 octobre 2017 à l’âge de 81 ans.

Apparu pour la première fois sur grand écran en 1965, Federico Luppi est remarqué en 1967 pour le rôle d’Aniceto (photo ci-dessous) dans Este es el romance del Aniceto y la Francesca… du cinéaste argentin Leonardo Flavio, « histoire d’un triangle amoureux rural traitée selon une esthétique intimiste et dépouillée, avec une attention particulière aux choix formels » (Le cinéma espagnol, Antxon Salvador, éditions Gremese).

Il a joué dans trois films de Hector Olivera (La Patagonia rebelde, 1974 ; Une sale petite guerre, 1983 ; Cocaïne Wars, 1985) et sept d’Adolfo Aristarain (Le temps de la revanche, 1981 ; Un lieu dans le monde, 1992 ; Martin [Hache], 1997, pour lequel il décroche le prix du meilleur acteur au festival de San Sebastian, etc.). A l’affiche des Longs manteaux (1985) de Gilles Béhat (avec Bernard Giraudeau en vedette) et présent aux côtés de Dominique Sanda et Leslie Caron dans Guerriers et captives (1989) d’Edgardo Cozarinsky, Federico Luppi est réputé en Espagne pour le rôle d’Eduardo (photo ci-dessous) dans Personne ne parlera de nous quand nous serons mortes (1995) d’Agustin Diaz-Yanes (Goya du meilleur film 1996), face à Victoria Abril (Goya de la meilleure actrice 1996).

Il a également joué pour Guillermo del Toro l’antiquaire dans Cronos (1993), le docteur de l’orphelinat dans L’échine du diable (2001) et le roi dans Le labyrinthe de Pan (2005). On l’a également vu dans Extasis (1996) de Mariano Barroso, Men with Guns (1997) de John Sayles, Loco 33 (2002) de Diego Arsuaga, Mon ami Machuca (2004) d’Andres Wood, Piégés (2004) de Manuel Bardem, une comédie policière avec Victoria Abril et Gilbert Melki, La cellule de Fermat (2007) de Luis Piedrahita et Rodrigo Sopena, et très récemment Au bout du tunnel (2016) de Rodrigo Grande.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article