Anne Wiazemsky (1947-2017)

Publié le par lefilmdujour

Anne Wiazemsky dans La Chinoise (1967) de Jean-Luc Godard

Comédienne et romancière, Anne Wiazemsky, qui fut l’épouse et la muse de Jean-Luc Godard à la fin des années 1960 et au début des années 1970, a succombé à un cancer le jeudi 5 octobre 2017 à l’âge de 70 ans.

Petite-fille de l’écrivain François Mauriac, Anne Wiazemsky avait débuté chez Robert Bresson à l’âge de 18 ans en jouant dans Au hasard Balthazar (1965). Sa rencontre avec Godard qu’elle épouse en juillet 1967 fait d’elle l’héroïne de La Chinoise (1967). Elle sera aussi aux génériques de Week-end (1967) (dont les « vedettes » sont Jean Yanne et Mireille Darc), Le gai savoir (1968) (tourné pour la télévision avec Jean-Pierre Léaud et Juliet Berto), One + One (1968) (avec les Rolling Stones) et participera aux films de « cinéma politique » tournés par Godard et Jean-Pierre Gorin sous le pseudonyme de Groupe Dziga Vertov comme Vent d’Est (1969) , Luttes en Italie (1969) et Vladimir et Rosa (1970).

Bien que séparée du réalisateur d’A bout de souffle depuis octobre 1970, Anne Wiazemsky joue également dans Tout va bien (1972) avec Jane Fonda et Yves Montand. Mais la carrière de la comédienne s’étend bien au-delà de son travail avec Jean-Luc Godard. Elle joue la jeune fille de Théorème (1968) de Pier Paolo Pasolini, bouleversée comme toute sa famille par l'arrivée du mystérieux « visiteur » (Terence Stamp). On la voit aussi dans un autre Pasolini (Porcherie, 1969), chez Marco Ferreri (La semence de l’homme, 1969), chez Michel Deville (Raphaël le débauché, 1969), chez son amie Michèle Rosier, récemment décédée (George qui ? 1972 ; Mon cœur est rouge, 1975).

Anne Wiazemsky dans Théorème

Dans Le train (1972) de Pierre Granier-Deferre, en jeune femme avec un bébé dans les bras, elle côtoie Jean-Louis Trintignant, Romy Schneider, Régine, Maurice Biraud dans ce train qui traverse la France en 1940 en pleine débâcle. Dans les années 1970 et 1980, Anne Wiazemsky tourne dans des films plus confidentiels pour Alain Tanner (Le retour d’Afrique, 1973), Marcel Hanoun (La vérité sur l’imaginaire passion d’un inconnu, 1973), Jean-Louis Daniel (Même les mômes ont du vague à l’âme, 1978) et Philippe Garrel (L’enfant secret, 1982 ; Elle a passé tant d’heure sous les sunlights, 1985). Elle est quand même dans Sois belle et tais-toi (1977), le documentaire réalisé par Delphine Seyrig, L’empreinte des géants (1979) de Robert Enrico, Rendez-vous (1985) d’André Téchine, Qui trop embrasse (1986) de Jacques Davila.

Anne Wiazemsky dans Au hasard Balthazar

A partir de la fin des années 1980, Anne Wiazemsky se consacre à l'écriture, avec des récits en bonne partie autobiographiques. Dans Jeune fille (2007), elle raconte ses débuts au cinéma sous la direction de Bresson. Dans Une année studieuse (2012), elle décrit sa rencontre avec Godard et la suite des événements jusqu'à son mariage. Un an après (2015) relate l'histoire privée et cinématographique de leur couple de mai 1968 à mai 1969. C’est cet ouvrage qui a été adapté au cinéma par Michel Hazanavicius avec Le Redoutable (2016). Louis Garrel y incarne Godard tandis que la jeune Stacy Martin interprète Anne Wiazemsky et que Bérénice Béjo (compagne du réalisateur) joue Michèle Rosier.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article