Zombie futé n°47 : Braindead

Publié le par lefilmdujour

Un film de Peter Jackson (1992)

 

Dans Braindead on voit un curé détruire une bande de zombies dans un cimetière façon Bruce Lee.

 

Dans Braindead on voit le même curé, infecté, copuler sauvagement avec une nurse à moitié décapitée qui enfante dans l’heure un nourrisson démoniaque qui fout un chambard inimaginable jusqu’à la fin du film.

 

Dans Braindead vous apprenez à vous méfier d’un broyeur électrique et à détourner l’usage d’une tondeuse à gazon à des fins purement défensives.

 

Dans la scène finale de Braindead il se passe tellement de choses à l’écran et les gags se succèdent à un tel rythme qu’il faut faire des poses pour tout noter.

 

Véridique : il faut le voir pour le croire !

 

On l’oublie trop souvent, mais avant d’être investi de la mission écrasante de réaliser la trilogie du Seigneur des anneaux, Peter Jackson, réalisateur néozélandais, a commis quelques perles cultes comme son premier film Bad Taste et surtout cet ultradélirant Braindead qui porte la comédie gore à un stade ultime. Nous ne voyons guère qu’Evil Dead 2 qui puisse lui être comparé en termes d’inventivité, de rythme et de situations paroxystiques.

 

Quelle imagination ! Un exemple : un rocker zombie se trouve coupé en deux mais continue d’agresser notre héros. Ce faisant, il perd ses boyaux et organes vitaux sur le carrelage. Cette masse immonde reste vivante. On voit même le sphincter lâcher un gaz ! Et une fois que le héros a maîtrisé le tronc du rocker en l’encapsulant sous la lunette des waters, il se fait agresser par la masse de boyaux jusque dans le grenier puis dans la salle principale quand il passe par une trappe, la scène donnant lieu à une chorégraphie hypermaîtrisée, notre héros restant suspendu au boyau hostile pendant que diverses actions (et rafales de gags) se déroulent à droite et à gauche sur votre écran.

 

Et je ne parle pas de la confrontation finale avec la maman castratrice.

 

Définitivement jubilatoire. Indépassable.

 

Fab Free

Publié dans Le Zombie Futé

Commenter cet article