Nicole Besnard (1928-2017)

Publié le par lefilmdujour

L’actrice française Nicole Besnard qui connut une certaine notoriété au début des années 1950 en incarnant Marguerite, la bohémienne, face à Gérard Philipe/Méphistophélès/Faust dans La beauté du diable (1950) de René Clair, est décédée le 20 août 2017 à l’âge de 89 ans.

Passée par le Conservatoire d’art dramatique de Paris et le Cours Simon, Nicole Besnard avait débuté au cinéma un an plus tôt en jouant dans Au royaume des cieux (1949) de Julien Duvivier. En quatre-cinq ans, la jeune actrice au beau visage expressif va enchaîner des rôles secondaires dans plusieurs films, aujourd’hui passablement oubliés : Ils étaient cinq (1951) et Le grand pavois (1953) de Jack Pinoteau, L’île aux femmes nues (1952) et Le collège en folie (1953) de Henry Lepage, Leguignon guérisseur (1954) de Maurice Labro, Sur le banc (1954) de Robert Vernay. Elle est aussi une pensionnaire du collège où se passe l’action de Dortoir des grandes (1953) de Henri Decoin.

Gérard Philipe et Nicole Besnard dans La beauté du diable (1950)

En 1954, Nicole Besnard est la vedette féminine d’une comédie musicale produite par l’Autriche, La princesse du Danube bleu de Hans Schweikart, aux côtés de Hardy Krüger et Renée Saint-Cyr. Elle tourne son dernier film en 1956, encore une comédie musicale, L’auberge en folie de Pierre Chevalier, menée par le chanteur d’opérette basque Rudy Hirigoyen. Quelques mois plus tard, Nicole Besnard abandonnera le théâtre et le cinéma pour se consacrer à sa passion des meubles anciens.  

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article