L'œil de Crazy Bug : Alien : Covenant

Publié le par lefilmdujour

Un film de Ridley Scott (2016), sorti en salles le 10 mai 2017

Alien : Covenant a au moins une qualité irréfutable. Il est bien meilleur que Prometheus, sorti il y a cinq ans sur les écrans français, et qui avait pas mal paumé les aficionados de la saga Alien (dont votre serviteur). Le dernier long métrage de Ridley Scott fait aussi la jonction entre Prometheus et Alien, le huitième passager en mettant à jour l’origine du fameux Xénomorphe et de son sinistre œuf (ne vous inquiétez pas je n’en dirai pas plus).

Alien : Covenant est centré sur la figure de l’androïde David 8, joué par l’excellent Michael Fassbender, et renoue aussi avec la terreur qui avait fait le succès des trois premiers opus (Alien, Aliens, Alien3). A cet égard, les attaques des diverses créatures sur les humains sont parfaitement réussies et les effets spéciaux sont à l’unisson. Ridley Scott réitère également l’approche qui avait fait le succès du premier Alien, avec un long exposé préliminaire explicitant les relations entre tous les membres de l’équipage du Covenant, un vaisseau spatial transportant 2 000 colons vers une nouvelle planète et « détourné » de sa destination finale pour suivre un signal apparemment d’origine humaine…

On notera qu’ici, l’équipage est entièrement constitué de couples (il y a même un couple homo, un « détail » qui là aussi peut ramener à l’origine de la saga Alien lorsque Ridley Scott avait envisagé des relations gay ou lesbiennes au sein de l’équipage du Nostromo, idée finalement abandonnée). Cette notion de couples est évidemment à mettre au regard de l’unicité (et de la solitude) de David, ce qui peut expliquer certains de ses actes mis à jour dans Alien : Covenant.

On l’aura compris, Alien : Covenant, sans être une œuvre du niveau des trois premiers Alien, vaut le coup d’œil. Et n'oubliez pas que, dans l'espace, personne ne vous entend crier...

Crazy Bug

Commenter cet article