Ciné actu par Jean Aymar de Thou : Les fantômes d'Ismaël

Publié le par lefilmdujour

Un film d’Arnaud Desplechin (2016), sorti en salles le 17 mai 2017

Quand Arnaud Desplechin ne se laisse pas aller à ses penchants « intellectualisants » et aux épanchements logorrhéiques et pontifiants de ses personnages, le réalisateur français livre des longs métrages passionnants et enthousiasmants (La sentinelle, Rois et reines, Un conte de Noël, les deux premières parties de Trois souvenirs de ma jeunesse).

Malheureusement, autant la première heure des Fantômes d’Ismaël est accrocheuse avec de belles confrontations entre Charlotte Gainsbourg, nouvel amour d’un cinéaste (Matthieu Amalric) lancé dans l’écriture d’un film autour d’un diplomate intrigant inspiré par son propre frère, et Marion Cotillard, femme du cinéaste brusquement réapparue après vingt ans d’absence, autant la deuxième heure se perd dans les élucubrations du metteur en scène (le fictif et le réel simultanément).

Alors que le personnage de fiction, paumé et versatile, s’enferme dans ses souvenirs et ses obsessions à Roubaix (ville natale de Desplechin), le film, devenu incompréhensible, absurde, pachydermique, part dans toutes les directions, parfumé d’un humour qui tombe constamment à plat et plombé par des tirades plus ou moins intellos (et surtout fumeuses). Au cinéma où j’ai vu le film, les portes ont claqué avant la fin... et il y en a une qui a été poussée par moi !

Jean Aymar de Thou

Commenter cet article