Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Remise du Prix Lumière 2016 à Catherine Deneuve

Publié le par lefilmdujour

Gérard Collomb, le maire de Lyon, Catherine Deneuve et Roman Polanski

Gérard Collomb, le maire de Lyon, Catherine Deneuve et Roman Polanski

Vendredi soir, 14 octobre, le Prix Lumière 2016 a été décerné à Catherine Deneuve, "la femme la plus scandaleuse de France, la mauvaise élève que nous aurions tous aimé être", comme l'a écrit le réalisateur Arnaud Desplechin dans un texte lu par Thierry Frémaux en préambule de la soirée. L'actrice a reçu son prix des mains de Roman Polanski devant une foule de 2 000 amateurs de cinéma et d'une cinquantaine de personnalités dont, entre autres, les réalisateurs Christophe Honoré, Quentin Tarantino, Jerry Schatzberg, Emmanuelle Bercot, Jean-Paul Rappeneau, Bertrand Tavernier, Park Chan-Wook, Gaël Morel, Costa-Gavras, Régis Wargnier, les actrices Chiara Mastroianni, Sandrine Kiberlain, Marisa Paredes, Ludivine Sagnier, Julie Depardieu et les acteurs Benoît Magimel, Gustave Kervern, Lambert Wilson, Etienne Chicot, Jean-Paul Rouve, Vincent Lindon...

Lambert Wilson

Lambert Wilson

La soirée a été jalonnée de grands moments d’émotion. Après des interprétations enlevées et personnelles de chansons phares des Parapluies de Cherbourg et des Demoiselles de Rochefort par Nathalie Dessay et Lambert Wilson, Vincent Lindon a adressé une magnifique missive à Catherine Deneuve où il livrait quelques détails de l'univers personnel de l'actrice avec "cigarettes fines", "crèmes pour les cheveux" et "plantes ramenées de l'autre bout du monde". Puis Bertrand Tavernier, avec sa précision habituelle, dévoilait un haïku, un petit poème japonais, qui se voulait la quintessence de l'interprète de Belle de jour : "Puissance du vent dans les saules/Poussière dorée dans le crépuscule/L'éclat des fleurs de cerisier/Elle illumine la chambre".

Vincent Lindon

Vincent Lindon

L'heureuse élue, très émue, pouvait alors monter sur scène où, après une ovation de plusieurs minutes, Catherine Deneuve dédiait son prix à tous les agriculteurs de France et entonnait avec toute la salle Dieu est un fumeur de havane dans une sorte de karaoké géant ! La soirée se terminait par la projection d’une version restaurée du Sauvage (1975) de Jean-Paul Rappeneau.

Bertrand Tavernier, Roman Polanski enlaçant Catherine Deneuve et Lambert Wilson

Bertrand Tavernier, Roman Polanski enlaçant Catherine Deneuve et Lambert Wilson

Publié dans Evénements

Commenter cet article