Hector Babenco (1946-2016)

Publié le par lefilmdujour

Hector Babenco (1946-2016)
Cinéaste né en Argentine et naturalisé brésilien dans les années 1970, Hector Babenco, essentiellement connu en France pour le film Le baiser de la femme araignée (1984), est décédé d’une crise cardiaque le 13 juillet 2016 à l’âge de 70 ans.
D’abord assistant-réalisateur, Hector Babenco passe à la mise en scène en 1973 avec un documentaire consacré au coureur automobile Emerson Fittipaldi. C’est en 1980 qu’il se fait remarquer sur la scène internationale avec Pixote, la loi du plus faible, film qui décrit sur un style quasi documentaire la vie des enfants des rues du Brésil et l’environnement carcéral brutal.
Hector Babenco (1946-2016)
Le succès mondial de l’œuvre permet à Hector Babenco de réaliser en 1984 Le baiser de la femme araignée, adaptation du roman du même nom de Manuel Puig où, dans une prison d’Amérique latine, un homosexuel (William Hurt) raconte chaque soir un film sorti de son imagination à un détenu politique régulièrement torturé (Raul Julia). Le film, qui vaut à Babenco une nomination à l’Oscar du meilleur réalisateur (une première pour un Latino-Américain) permet à William Hurt d’obtenir le Prix d’interprétation à Cannes et l’Oscar du meilleur acteur.
Hector Babenco (1946-2016)
Encensé par la critique internationale, le réalisateur poursuit sa carrière aux États-Unis en signant Ironweed, la force du destin (1987), d’après l’œuvre de William Kennedy, avec Meryl Streep et Jack Nicholson qui obtiennent tous deux une nomination à l’Oscar. Et il enchaîne sur En liberté dans les champs du Seigneur (1991), adaptation d’une nouvelle de Peter Mathiessen qui met en scène le conflit entre les Indiens d’Amazonie avec l’homme blanc et qui réunit à l’affiche Tom Berenger, John Lithgow, Daryl Hannah, Aidan Quinn, Tom Waits et Kathy Bates.
Hector Babenco (1946-2016)
De retour au Brésil, Hector Babenco réalise Cœur allumé (1998), inspiré de sa propre adolescence et présenté en compétition officielle à Cannes, tout comme Carandiru (2003), du nom de cette prison brésilienne gigantesque où un médecin décide de mener un programme de prévention contre le sida. Plus récemment, le réalisateur avait signé El Pasado (2007) (inédit en salles en France), histoire d’un couple qui se sépare au bout de douze ans de vie commune avec Gael Garcia Bernal, et My Hindu Friend (2015) avec Willam Dafoe en réalisateur en fin de vie…

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article