Ronit Elkabetz (1964-2016)

Publié le par lefilmdujour

Ronit Elkabetz (1964-2016)
L'actrice israélienne Ronit Elkabetz, ambassadrice du cinéma israélien à l'étranger, et notamment en France, est décédée le 19 avril 2016 à l'âge de 51 ans des suites d'un cancer. D’abord styliste et mannequin, Ronit Elkabetz obtient le rôle principal du Prédestiné (Wachsmann, 1989) alors qu'elle n'a jamais pris de cours de comédie. Elle devient alors une célèbre comédienne en Israël, tant au cinéma qu’au théâtre, mais décide à la fin des années 1990 de se partager entre la France et son pays d’origine.
Ronit Elkabetz (1964-2016)
Ronit Elkabetz est révélée au niveau international par son rôle de prostituée et mère dans Mon trésor (2003) de Keren Yedaya, Caméra d’or au Festival de Cannes 2004. En 2004, elle passe à la fois devant et derrière la caméra pour réaliser avec son frère Schlomi Prendre femme, drame conjugal inspiré de l'histoire de ses parents. Le film est le premier volet d'une trilogie dont le fil conducteur est Viviane, une femme en quête d'émancipation, interprétée par l’actrice-réalisatrice. Le deuxième volet, Les sept jours (2007), est centré sur les relations fraternelles face à un deuil, et le troisième, Le procès de Viviane Amsalem (2013), relate la lutte d’une femme pour obtenir le divorce.
Ronit Elkabetz (1964-2016)

Ronit Elkabetz et Sasson Gabai dans La visite de la fanfare (2007)

On a vu aussi Ronit Elkabetz en patronne de café dans La visite de la fanfare (Kolirin, 2007), aux côtés de Catherine Deneuve dans La fille du RER (Téchiné, 2008), en épouse de garagiste forte, ambitieuse et raciste dans Jaffa (Yedaya, 2008), en femme qui décide de rentrer dans son pays d’origine après des années d’exil dans Cendres et sang (2008) de Fanny Ardant, en mère qui se bat pour les siens dans Tête de turc (2009), premier film réalisé par l’acteur Pascal Elbé, en réalisatrice qui travaille en prison dans Les mains libres (2009) de Brigitte Sy.

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article