Patty Duke (1946-2016)

Publié le par lefilmdujour

Patty Duke (1946-2016)
Inoubliable dans le rôle d’une jeune fille sauvage, muette, sourde et aveugle de naissance qui apprend à conceptualiser le monde avec l’aide d’une éducatrice attentive (Anne Bancroft) dans Miracle en Alabama (1962) d’Arthur Penn, l’actrice américaine Patty Duke est décédée le 29 mars 2016 à l’âge de 69 ans. Patty Duke, qui avait déjà incarné Helen Keller à la scène, avait obtenu pour son interprétation le Golden Globe du meilleur espoir et l’Oscar du meilleur second rôle féminin, Anne Bancroft décrochant, elle, l’Oscar de la meilleure actrice pour le même film.
Patty Duke (1946-2016)

Anne Bancroft et Patty Duke dans Miracle en Alabama (1962)

La comédienne, qui avait commencé dès l’âge de huit ans à jouer dans des publicités et à la télévision, avait également été la vedette d’une sitcom à son nom au milieu des années 1960. Travaillant pour le petit écran de façon ininterrompue et menant dans les années 1960 une carrière de chanteuse, Patty Duke aura finalement peu joué pour le cinéma (une quinzaine de longs métrages en tout).
Patty Duke (1946-2016)

Sharon Tate, Barbara Perkins et Patty Duke dans La vallée des poupées (1967)

On l’a vue notamment dans La puissance et la gloire (Daniels, 1961), adaptation du roman de Graham Greene avec Laurence Olivier, La vallée des poupées (Robson, 1967), film inspiré de l’œuvre de Jacqueline Susann avec Sharon Tate, et Moi Nathalie (Coe, 1969), comédie sentimentale aux côtés de James Fiorentino pour lequel elle obtint un Golden Globe de meilleure actrice dans une comédie ou un film musical, ainsi que dans les films-catastrophes Horizons en flammes (Bellamy, 1976) et L’inévitable catastrophe (I. Allen, 1978).
Au cours de sa carrière TV, Parry Duke avait aussi obtenu trois Emmy Awards. Elle était la mère de l’acteur Sean Astin, vu au cinéma dans la trilogie du Seigneur des anneaux de Peter Jackson, où il joue Sam, le fidèle compagnon légèrement grassouillet du hobbit Frodon Sacquet (Elijah Wood).

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article