Silvana Pampanini (1925-2016)

Publié le par lefilmdujour

Silvana Pampanini (1925-2016)
Avant la Lollobrigida, avant la Loren, il y eut la Pampanini. Splendide brune aux formes pulpeuses, spécialisée dans les rôles de vamps, de demi-mondaines ou de filles galantes, la star italienne des années 1950 Silvana Pampanini est décédée le 6 janvier 2016 à l'âge de 90 ans.
Élue en 1946 Miss Italie ex-æquo après une bronca du public contre le jury qui l’avait classée (seulement) deuxième, Silvana Pampanini débute au cinéma en 1946 et se révèle aux yeux du grand public italien dans Les pompiers chez les pin-up (1949) de Mario Mattoli, et dans L’épervier du Nil (Gentilomo, 1949), film d’aventures historique avec un Vittorio Gassman débutant.
Silvana Pampanini (1925-2016)
Jusqu’en 1955, année du faîte de sa gloire, l’actrice enchaîne les rôles (jusqu’à huit par an) entre mélodrames (La femme qui inventa l’amour, Cerio, 1952 ; La fille de Palerme, S. Corbucci, 1952 ; Nous les brutes, Leonviola, 1953 ; Angoisse d’une mère, Matarazzo, 1953 ; L’esclave du péché, Matarazzo, 1953), comédies (Mon frère a peur des femmes, Mattoli, 1950 ; Le mousquetaire fantôme, Simonelli, 1951 ; OK Néron, Soldati, 1951 ; Mademoiselle la présidente, Germi, 1952) , films d’époque (Le chevalier sans loi, Soldati, 1951) et drames (Fille dangereuse, Brignone, 1952, avec Jean Gabin, voir photo ci-dessous ; La fille sans hommes, De Santis, 1953).
Silvana Pampanini (1925-2016)
La Pampanini partage même l’affiche avec Sophia Loren dans Les gaîtés de la correctionnelle (Steno, 1953), interprète Marguerite de Bourgogne pour le célèbre réalisateur français Abel Gance dans La tour de Nesles (1954) et travaille sous la direction du grand Luigi Comencini dans La belle de Rome (1955). Refusant les propositions d’Hollywood, elle tourne aussi en France où on la surnomme Nini Pampan.
Ralentissant le rythme de ses tournages dans la deuxième moitié des années 1950, Silvana Pampanini préfère alors se consacrer à la radio et à la télévision. On la revoit à l’écran une quasi dernière fois dans Le gaucho (1964) de Dino Risi où elle incarne le rôle (presque) autobiographique d’une diva sur le retour à la recherche d'un succès perdu et d'un mari millionnaire.
De fait, Silvana Pampanini ne s’est jamais mariée malgré de multiples propositions émises par des personnalités aussi prestigieuses que Toto, Alberto Sordi, le roi Farouk, Ali Khan, Omar Sharif, Tyrone Power et même le prince Akihito, actuel empereur du Japon…

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article