Jacques Denis (1943-2015)

Publié le par lefilmdujour

Jacques Denis (1943-2015)
Acteur fétiche de la nouvelle vague helvète, interprète également de Bertrand Tavernier et Claude Miller, l’acteur franco-suisse Jacques Denis est décédé le 2 décembre 2015 à l’âge de 72 ans.
Révélé par La salamandre (1971) d’Alain Tanner qui l’avait repéré sur les scènes romandes, Jacques Denis y joue de façon à la fois pudique et poétique l’ami écrivain du journaliste interprété par Jean-Luc Bideau et lancé sur les traces de Bulle Ogier. Pour le même Tanner, l’acteur tourne aussi dans Le milieu du monde (1974) et dans Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000 (1976). Jacques Denis travaille aussi avec d’autres metteurs en scènes suisses comme Michel Soutter (James ou pas, 1971 ; Les arpenteurs, 1971) ou Igaal Niddam (Le troisième cri, 1974).
Jacques Denis (1943-2015)

Jacques Denis (au milieu) dans La question (1976)

En 1973, Bertrand Tavernier lui confie le rôle d’Antoine, l’ami de Philippe Noiret, dans son premier long métrage, L’horloger de Saint-Paul. Autre rôle important pour Jacques Denis, celui du journaliste inspiré de la figure du militant communiste Henri Alleg, soumis à la torture par les paras français pendant la guerre d’Algérie, dans La question (1976) de Laurent Heynemann. L’acteur est encore le mari de Dominique Laffin, tué par Gérard Depardieu, dans Dites-lui que je l’aime (1977) de Claude Miller.
Jacques Denis (1943-2015)

Philippe Noiret et Jacques Denis dans L'horloger de Saint-Paul (1973)

Très présent dans les années 1980 et 1990 au théâtre et à la télévision, Jacques Denis raréfiera par la suite ses apparitions sur grand écran, mais on le voit quand même chez Henri Verneuil (I… comme Icare, 1979), Yves Boisset (Allons z’enfants, 1980), Bertrand Blier (Notre histoire, 1984), Claire Denis (Chocolat, 1987), Marco Pico (La cavale des fous, 1991), Costa-Gavras (La petite apocalypse, 1992), Alain Tanner encore (Fourbi, 1996) et Raul Ruiz (Ce jour-là, 2002, tourné en… Suisse).
Ci-dessous, Jean-Luc Bideau et Jacques Denis dans La salamandre (1971) :

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article