Setsuko Hara (1920-2015)

Publié le par lefilmdujour

Setsuko Hara (1920-2015)
Symbole de l’âge d’or du cinéma nippon, muse du réalisateur Yasujiro Ozu et parfois surnommée la Greta Garbo du Japon en raison de sa décision d’arrêter brutalement sa carrière à 43 ans, l’actrice Setsuko Hara est décédée le 5 septembre 2015 à l’âge de 95 ans.
Setsuko Hara avait commencé à tourner pour le cinéma en 1935 et enchaîné plus de 70 longs métrages jusqu’au début des années 1960. C’est en 1949 sur Printemps tardif qu’elle travaille pour la première fois avec Yasujiro Ozu et l’actrice retrouvera le maître japonais dans Eté précoce (1951), Voyage à Tokyo (1953), Crépuscule à Tokyo (1957), Fin d’automne (1960) et Dernier caprice (1961).
Setsuko Hara (1920-2015)
« C’est Ozu qui fixa à jamais la douceur lumineuse de Setsuko Hara, qui oppose à toutes les déchirantes situations qu’elle doit traverser le ravissement d’un sourire où se mêlent la vaillance et le fatalisme, écrit Libération. Dans Voyage à Tokyo, elle emblématise la jeune veuve de guerre qui se montre pleine de dévouement auprès des vieux parents de son mari venu en visite dans la trépidante capitale japonaise tandis que leurs autres enfants se montrent nettement moins disponibles. Cette dimension de bonté et de sacrifice n’empêche jamais Setsuko Hara de défendre sa liberté de femme autonome, qui n’apparaît jamais simplement soumise mais réellement portée par un don de soi plein d’idéal. »
L’actrice avait tourné pour d’autres grands réalisateurs nippons comme Akira Kurosawa (Je ne regrette rien de ma jeunesse, 1946 ; L’idiot, 1951) ou Mikio Naruse (Le repas, 1951 ; Le grondement de la montagne, 1954 ; Pluie soudaine, 1956 ; Fille, épouse et mère, 1960).

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article