Moira Orfei (1931-2015)

Publié le par lefilmdujour

Moira Orfei (1931-2015)
Issue d’une grande famille du cirque et elle-même écuyère, trapéziste, acrobate, dompteuse d’éléphants et de colombes, l’artiste et actrice italienne Moira Orfei, surtout connue au cinéma pour ses rôles dans des péplums des années 1960, est décédée le 15 novembre 2015 à l’âge de 83 ans.
Aperçue sur grand écran à partir de 1960, notamment face à Jayne Mansfield dans Les amours d’Hercule (Bragaglia, 1960), Moira Orfei est repérée dans un film de pirates (La reine des pirates, Costa, 1960) et une comédie musicale avec Dalida (Parlez-moi d’amour, Simonelli, 1960) puis se consacre au péplum, au film d’aventures et au film d’époque où « brune, ténébreuse et magnétique » (Cinéma bis : 50 ans de cinéma de quartier), elle tire toujours son épingle du jeu. Même si le film est médiocre…
Moira Orfei (1931-2015)
Moira Orfei partage le haut de l’affiche avec tout ce qui se fait de musclé à l'époque : Mark Forest dans Maciste, l’homme le plus fort du monde (Leonviola, 1960), Gordon Scott dans Le retour du fils du cheik (Costa, 1962) et dans Hercule, le héros de Babylone (Marcellini, 1963), Ken Clark dans Le roi Manfredi (Regnoli, 1962), Ed Fury dans Maciste dans la vallée des lions (Bragaglia, 1962), Pierre Brice et Alan Steel dans Maciste contre Zorro (Lenzi, 1962), Lang Jeffries dans Rome en flammes (Malatesta, 1963), Richard Harrison dans La fureur des gladiateurs (Caiano, 1964) et La fureur des prétoriens (Brescia, 1964), Kirk Morris dans Le brigand de la steppe (Boccia, 1964).
Moira Orfei (1931-2015)

Moira Orfei dans Le grand défi (Capitani, 1964)

Moira Orfei est aussi au générique du bouquet final du péplum, Le grand défi (Captani, 1964), qui réunit Hercule, Samson, Maciste et Ursus… Après 1966 et Fais-moi très mal... mais couvre-moi de baisers de Dino Risi, on ne reverra plus l’actrice que cinq ou six fois au cinéma (et notamment dans Parfum de femme, Risi, 1974). Moira Orfei restera toutefois fidèle au cirque et aux spectacles itinérants jusqu’à la fin de sa vie.
Pour tout savoir sur Moira Orfei, vous pouvez consulter le site (en italien) www.moiraorfei.it.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article