René Féret (1945-2015)

Publié le par lefilmdujour

René Féret (1945-2015)
Auteur de La communion solennelle (1976) et de Mystère Alexina (1985), le réalisateur français René Féret, dont le dernier film, Anton Tchekhov 1890 (2014), est encore à l’affiche, est décédé le 28 avril 2015 à l’âge de 69 ans.
Pour son premier long métrage (Histoire de Paul, 1975), René Féret avait reçu le Prix Jean-Vigo. Dans ce film consacré aux hôpitaux psychiatriques et tourné dans un style évoquant le cinéma direct, le réalisateur se souvenait de sa propre expérience d'un séjour en asile après une tentative de suicide.
En compétition à Cannes, La communion solennelle, connut un certain succès populaire.René Féret s’était inspiré de son histoire familiale pour retracer sur trois générations la vie dans le Nord de la France à travers les célébrations rituelles de communions solennelles.
René Féret (1945-2015)
Après Fernand (1979), échec commercial qui suit le parcours tragi-comique d’un naïf sorti de prison, le réalisateur s’attaquait avec Mystère Alexina à la vie au XIXe siècle de l’hermaphrodite Herculine Babin (interprété par le dessinateur de BD Philippe Vuillemin), puis enchaînait avec L’homme qui n’était pas là (1987), un thriller qui s’avèra (aussi) un échec public.
Dans les années qui suivront, René Féret n’en continuera pas moins à réaliser un long métrage tous les deux ans, quasiment autoproduit avec le concours de son épouse, monteuse, et de ses trois enfants, acteurs dans les films de leur père. Des films qui oscillent entre les chroniques familiales et/ou intimistes, parfois autobiographiques (Baptême, 1989 ; La place d’un autre, 1992 ; Les frères Gravet, 1995 ; Rue du retrait, 2000; L'enfant du pays, 2002 ; Il a suffi que maman s’en aille, 2006 ; Comme une étoile dans la nuit, 2008 ; Le prochain film, 2012) et les films d’époque (Nannerl, la sœur de Mozart, 2009 ; Madame Solario, 2012 ; Anton Tchekhov 1890).
On retrouvait souvent devant la caméra de René Féret la même troupe d’acteurs : Valérie Stroh (Mystère Alexina, L’homme qui n’était pas là, Baptême, Promenades d’été), Jacques Bonnaffé (Baptême, La place d’un autre, Les frères Gravet, Il a suffi que maman s’en aille…, Anton Tchekhov 1890), Jean-François Stévenin (Les frères Gravet, Il a suffi que maman s’en aille..., Comme une étoile dans la nuit), Antoine Chappey (L’enfant du pays, Le prochain film), Frédéric Pierrot (Le prochain film, Anton Tchekhov 1890).

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article