Lizabeth Scott (1922-2015)

Publié le par lefilmdujour

Si Lauren Bacall était The Look (le regard), l’actrice américaine Lizabeth Scott, qui est décédée le 31 janvier 2015 à l’âge de 92 ans, était The Threat (la menace). Avec sa voix rauque, son physique à la fois anguleux et sensuel, sa forte personnalité, elle fut la « grande prêtresse du film noir à la Paramount » (selon le Dictionnaire du cinéma de Jean Tulard).

Parfois comparée à Lauren Bacall, Lizabeth Scott, de son vrai nom Emma Matzo, débuta sa carrière de comédienne sur les planches et fut remarquée par le producteur hollywoodien Hal B. Wallis. Son premier film, une comédie avec Robert Cummings (Le prix du bonheur, Farrow, 1945), fut suivi par plusieurs perles du « film noir » (en anglais dans le texte) où son jeu et sa silhouette la hissèrent au rang envié de femme fatale.

Dans En marge de l’enquête (Cromwell, 1946), Lizabeth Scott incarne une jeune femme troublante et perverse face à Humphrey Bogart (photo ci-contre). Dans L’emprise du crime (Milestone, 1946), elle sert de contrepoint à une vénéneuse Barbara Stanwyck. Dans L’homme aux abois (Haskin, 1948), elle vient en aide à un Burt Lancaster en butte à un ancien associé dans le crime devenu homme d’affaires véreux (Kirk Douglas).

Lizabeth Scott est aussi aux génériques de La furie du désert (L. Allen, 1947) avec Burt Lancaster, Sanglante aventure (a.k.a. Pitfall) (De Toth, 1948) avec Dick Powell, La tigresse (Haskin, 1949), peut-être son meilleur rôle, La main qui venge (Dieterle, 1950) avec un Charlton Heston débutant (photo ci-dessous) ou Racket (Cromwell, 1951) avec Robert Ryan et Robert Mitchum.

Le genre du film noir déclinant, l’actrice tente de se reconvertir dans le western (Montagne rouge, Dieterle, 1951, avec Alan Ladd ; Quatre étranges cavaliers, Dwan, 1954, avec John Payne et Dan Duryea), le mélodrame ou la comédie (Fais-moi peur, G. Marshall, 1953, avec Dean Martin et Jerry Lewis). Sa carrière décline toutefois rapidement. En 1957, on la revoit encore face à Elvis Presley dans Amour frénétique de Hal Kanter (c’est la troisième partenaire du King à l’écran à disparaître en quelques semaines après Mary Ann Mobley et Donna Douglas) et c'est quasiment tout. Lizabeth Scott ne réapparut au cinéma qu’en 1972 dans Retraite mortelle, une parodie de film noir réalisée par le Britannique Mike Hodges avec Michael Caine et Mickey Rooney.

Ci-dessous, la bande-annonce de L'imposture (Levin, 1951) avec Lizabeth Scott et Edmond O'Brien :

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article