Faten Hamama (1931-2015)

Publié le par lefilmdujour

Star du cinéma égyptien des années 1950 aux années 1970, Faten Hamama, qui fut aussi l’épouse d’Omar Sharif de 1955 à 1974, est décédée le 17 janvier 2015 à l’âge de 83 ans.

Faten Hamama, qui avait tourné son premier film à l’âge de 7 ans, a joué dans une centaine de longs métrages, interprétant aussi bien des comédies romantiques et musicales que des mélos, des drames historiques ou des films engagés, dénonçant les inégalités sociales ou défendant les droits des femmes. En 1975, Ouridou Hallan (Je demande une solution) (1975) de Saïd Marzouk qui suit les difficultés administratives et légales rencontrées par une Égyptienne tentant de divorcer après vingt ans de mariage, fut ainsi à l’origine d’une modification de la loi sur le statut personnel des femmes en Égypte.

Faten Hamama et Omar Sharif

Faten Hamama a côtoyé les plus grands cinéastes égyptiens et notamment Youssef Chahine dès le premier film du réalisateur (Papa Amine, 1950). Pour Chahine, qui la qualifiait de meilleure actrice égyptienne de tous les temps, elle tourna notamment dans Le Fils du Nil (1951), Le Grand bouffon (1952, Ciel d’enfer (1954) - elle y rencontra Omar Sharif - et Sables d’or (1966).

Aux côtés d’Omar Sharif, grec-catholique melkite d’origine libanaise qui se convertit à l’islam pour l’épouser en 1955, on la vit aussi dans Nos plus beaux jours (1955) de Helmi Halim, Les Eaux noires (1956) de Yousseh Chahine, La Dame du château (1958) de Kamal Al Cheikh et Fleuve d’amour (1961) d’Ezz-el-dine Zulfikar (qui fut d’ailleurs son premier mari).

Faten Hamama fut aussi l’une des actrices favorites du réalisateur Henri Barakat qui la fit tourner notamment dans Avec toi pour toujours (1954), Pitié pour mes larmes (1955), La dernière nuit (1963), Le péché (1965), Un grand amour (1969), L’adorée (1973) et Bouches et lapins (1977).

Si Omar Sharif céda aux sirènes hollywoodiennes après le succès de Lawrence d’Arabie (Lean, 1962), son épouse, dont il se sépara d’un commun accord en 1968, ne s’éloigna guère des rivages égyptiens. Mais Faten Hamama est quand même au générique du film britannique Les bijoux du pharaon (Rilla, 1962) aux côtés de George Sanders. Depuis les années 80, elle ne tournait quasiment plus.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article