AnneMarie Düringer (1925-2014)

Publié le par lefilmdujour

Célèbre actrice des scènes allemande et autrichienne, vedette du cinéma germanophone dans les années 1950, la comédienne d’origine suisse AnneMarie Düringer est décédée le 26 novembre 2014 le jour de ses 89 ans. Elle avait débuté à l’écran en 1953 dans un film signé Ernst Marischka (Der Feldherrnhügel) et joué dans une vingtaine de longs métrages, la plupart avant 1962.

Parmi ceux-ci : Mon cœur t’appartient (1953) du même Marischka, Le beau Danube bleu (1954), biographie de Johann Strauss fils signée Paul Verhoeven, Mon enfant vivra (Jugert, 1954) face à Curd Jürgens, Je n’ai plus que toi (Reinhardt, 1956) face à Hans Albers, Les SS frappent la nuit (Siodmak, 1957) aux côtés de Mario Adorf, le drame paysan Les fromagers (Schnyder, 1958) ou la comédie de mœurs Drôle de menteur (Vajda, 1961).

En Grande-Bretagne, AnneMarie Düringer avait tourné aux côtés de l’américain Jeffrey (La fille du désert) Hunter dans Cinq secondes à vivre (1957) de Victor Vicas.

Beaucoup plus tard, on avait revu l’actrice au générique de la série TV Berlin Alexanderplatz (1979) de Rainer Werner Fassbinder et dans le rôle du Dr. Katz, la neurologue sous l’emprise de laquelle vit la star déchue Veronica Voss dans Le secret de Veronica Voss (1981) du même réalisateur. Plus récemment, AnneMarie Düringer avait incarné la mère du peintre Gustav Klimt (John Malkovich) dans Klimt (2005) de Raoul Ruiz et joué l’un des rôles principaux des Mamies ne font pas dans la dentelle (2006) de la réalisatrice suisse Bettina Oberli.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article