Donald Sinden (1923-2014)

Publié le par lefilmdujour

Donald Sinden (1923-2014)
Star des studios britanniques Rank dans les années 1950, réputé outre-Manche pour sa carrière théâtrale et télévisuelle, époux de Grace Kelly dans Mogambo (1953) de John Ford, l’acteur anglais Donald Sinden est décédé le 11 septembre 2014 à l’âge de 90 ans.
Au générique de La mer cruelle (Frend, 1952), célèbre film de guerre (il y seconde l’acteur Jack Hawkins en commandant de corvette) et gros succès au box-office, Donald Sinden est embauché pour sept ans par la Rank Organisation. Il y interprétera plus d’une vingtaine de films, de la série des Toubib (Toubib or not Toubib, R. Thomas, 1953 ; Toubib en liberté, R. Thomas, 1956) aux comédies exotiques (Prisonnier du harem, Annakin, 1953) en passant par les films d’aventures (Simba, Hurst, 1954 ; Le secret des tentes noires, Hurst 1955), les films de guerre (Opération Tirpitz, R. Thomas, 1954) et les comédies romantiques (Folle des hommes, R. Thomas, 1954 ; Joséphine et les hommes, R. Boulting, 1956).
Donald Sinden (1923-2014)

Donald Sinden et Grace Kelly, mari et femme dans Mogambo (1953)

En 1953, dans Mogambo, Donald Sinden avait tourné sous la direction de John Ford et interprété le mari d’une Grace Kelly disputant Clark Gable à Ava Gardner sur fond de savane africaine.
Dans ses mémoires publiées en 1982, l’acteur rapporte une anecdote : « J’étais présent un jour où le producteur vint sur le tournage. Dès qu’il le vit, Ford ordonna de tout arrêter. Il s’avança alors vers le pauvre Sam Zimbalist : "Oui ?" "Ne vous arrêtez pas pour moi", dit Sam. "Si je viens dans votre bureau, j’espère que vous vous arrêterez de travailler. Je m’arrête donc pour vous. Que voulez-vous ?" Sam expliqua qu’il était un peu inquiet parce que nous avions un retard de trois jours sur le plan de travail. "Combien de pages ces trois jours représentent-ils ?", demanda Ford, qui en réalité le savait très bien. "Environ trois pages", hasarda Sam. "Apportez-moi le scénario", grogna Ford à un domestique. Lorsqu’il arriva, il l’ouvrit à l’aveuglette et en arracha trois pages. "Nous sommes à jour. Au travail." Nous n’avons jamais tourné ces trois pages. »
Donald Sinden (1923-2014)

Donald Sinden et Glynis Johns dans Folle des hommes (1954)

Focalisé à partir de 1962 sur le théâtre et la télévision, Donald Sinden ne fit plus qu’épisodiquement des détours par le cinéma. On l’avait notamment revu sur grand écran en 1973 dans Chacal (Zinnemann) et en 1974 dans L’île sur le toit du monde (Stevenson).

Publié dans Claps de fin

Commenter cet article