Micheline Dax (1924-2014)

Publié le par lefilmdujour

Essentiellement connue pour ses activités théâtrales et ses dons de "siffleuse" hors pair, la comédienne française Micheline Dax est décédée le 27 avril 2014 à l'âge de 90 ans.

Née en 1924, l'actrice était apparue pour la première fois sur grand écran en 1949 avec la bande des Branquignol dans le film du même nom (Branquignol) réalisé par Robert Dhéry. Normal, elle avait fait partie de la troupe de Robert Dhéry et Colette Brosset pendant plusieurs années. D'ailleurs, elle participa aussi à l'aventure cinématographique "bretonne" de Vos gueules les mouettes !, signé par le même Dhéry en 1974.

Jean Richard et Micheline Dax dans Courte-tête (Carbonnaux, 1956) (image : www.toutlecine.com)

Au cinéma, c'est essentiellement dans des comédies que s'est produite Micheline Dax, vue quand même en Yvette Guilbert, célèbre chanteuse croquée par Toulouse-Lautrec et fameuse interprète de "Madame Arthur" et du "Fiacre", dans Si Paris nous était conté (1955) de Sacha Guitry. En tête d'affiche dans l'amusant Courte-tête (1956) de Norbert Carbonnaux, l'actrice était passée chez Jean Boyer (C'est pas moi, c'est l'autre, 1962), Raoul André (Le grand bidule, 1967 ; Ces messieurs de la gâchette ; 1969, La dernière bourrée à Paris, 1973) ou Richard Balducci (La honte de la famille, 1969). Dans un registre plus haut de gamme, Micheline Dax s'était aussi retrouvée devant la caméra de Jean-Daniel Pollet, une première fois en prostituée dans le sketch Rue Saint-Denis dans Paris vu par... (1964), puis une deuxième fois en Madame Lamour succombant aux charmes d'un danseur de tango (Gilbert Melki) dans L'acrobate (1975).

Micheline Dax dans L'acrobate (Pollet, 1975)

Animatrice TV dans En cas de guerre mondiale, je file à l'étranger (Ardouin, 1983), Micheline Dax, qui fut la voix française de Miss Piggy dans le Muppet Show, continua d'exercer jusque dans les années 2000 ses talents de comédienne tant au cinéma qu'à la télévision et au théâtre. Rien qu'en 2009, on l'avait encore revue dans deux films : Bancs publics (Versailles Rive Droite) de Bruno Podalydès et La femme invisible, d'après une histoire vraie d'Agathe Teyssier. L'actrice, qui fut mariée à l'humoriste Jacques Bodoin, avait publié en 1986 ses mémoires intitulées "Je suis gugusse, voilà ma gloire".

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article