Tonino Ricci (1927-2014)

Publié le par lefilmdujour

Le réalisateur italien Tonino Ricci, qui a notamment œuvré sous le pseudonyme d’Anthony Richmond, est décédé le 9 mars 2014 à l’âge de 86 ans.

Assistant-réalisateur sur quelques péplums ou apparentés dans les années 1960 (Le glaive du conquérant, 1961, Carlo Campogallioni, avec Jack Palance ; La ruée des Vikings, 1961, Mario Bava, avec Cameron Mitchell ; Les gladiatrices, 1963, Antonio Leonviola) puis sur une poignée de westerns à l’italienne (Le temps de vautours, 1967, Romolo Guerrieri ; Dieu les crée, moi je les tue, 1968, Paolo Bianchini), Tonino Ricci était passé à la mise en scène en 1969 avec Deux salopards en enfer, un film de guerre avec Klaus Kinski et George Hilton.

L'homme put par la suite enchaîner une vingtaine de longs métrages en trente ans. Parmi ceux-ci, on citera le simili-giallo Homicide parfait au terme de la loi (1971) avec Philippe Leroy-Beaulieu et les belles Elga Andersen et Rosanna Yanni, le western Cinq pour l’or de Los Quadros (1972) avec l’acteur américain Mark Damon et l’exquise Rosalba Neri, le film d’aventures Buck le loup (1974), version à la sauce spaghetti de l’œuvre de Jack London, et un film de cape et d’épée mâtiné de karaté intitulé Robin, flèche et karaté (1975) avec, eh oui, une débutante nommée Victoria Abril.

On doit aussi à Tonino Ricci Bermudes : triangle de l’enfer (1977), mélange improbable de film de gangsters, de film de requins et de film fantastique, Thor le guerrier (1982), un sous-Conan le barbare comme son nom l’indique, et deux œuvres post-apocalyptiques à ranger au rayon nanars : Rusk a.k.a La rage de vaincre (1983) et Rage a.k.a Rush 2 (1984) avec un dénommé Conrad Nichols, de son vrai nom… Luigi Mezzanotte. Sur ce, bonne nuit à tous.

Publié dans Claps de fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article